« Composter en période d’épidémie de coronavirus, c’est possible? Oui, sous certaines conditions ! »

En cette période de crise sanitaire, nous recommandons de suivre les consignes de l’Etat et des collectivités territoriales de votre lieu de résidence. Certaines ont déjà publié des consignes relatives au compostage partagé, n’hésitez pas à les consulter.

Le gouvernement propose une section Question/Réponse en bas de sa page dédiée au Covid-19. « Gestion des déchets » : Les déchets verts y sont mentionnés, ainsi que le droit d’aller aux points d’apports de tri muni d’une attestation. Précision du Ministère sur ce dernier point :  » Un composteur partagé est un point d’apport volontaire de tri sélectif pour les biodéchets. Il peut donc continuer à être approvisionné par les apporteurs habituels de biodéchets habitant à proximité, en respectant les gestes barrières et mesures de distanciation. »

Il nous apparaît d’autant plus crucial aujourd’hui de réduire les déchets ménagers sortants de nos logements : les services publics vont devoir fonctionner en effectif réduit,  il est évident que réduire et éviter l’apport de biodéchets dans nos poubelles leur facilitera la tâche.

Suggestion : nos fiches techniques en accès libre.

Il y a différentes situations :

1) Vous avez un composteur individuel 2) Vous contribuez à un site de compostage partagé. 3) Vous contribuez à un site de compostage en lieu public.


1) Si vous avez un composteur individuel,

rien ne vous empêche de continuer à l’alimenter avec vos biodéchets. Si vous avez une cour ou un jardin, et pas encore de composteur, c’est le moment ou jamais ! (quelques m2 de surface au sol suffisent, même sur un sol articiel!)


2) Pour les sites de compostage partagé,

avec un accès restreint (résidence privée, jardin partagé), il y a plusieurs cas de figure. Il convient dans tous les cas de vous renseigner auprès des structures qui accompagnent ces sites, car elles auront reçu des consignes de la part de la collectivité.

Si votre collectivité n’a pas encore donné de consignes, et que vous tenez habituellement des permanences, nous vous recommandons de les suspendre.

Si votre collectivité n’a pas encore donné de consignes, et que votre site est en accès libre (pas de permanence, bacs ouverts ou cadenas à code), vous pouvez prendre la responsabilité de continuer d’apporter vos biodéchets à condition de prendre toutes les précautions d’usage :

  • réduire au minimum ses déplacements, avoir sur soi l’attestation de déplacement dérogatoire ;
  • s’y rendre individuellement, maintenir des distances de plus d’un mètre si vous êtes plusieurs, éviter tout contact physique ;
  • bannir temporairement (jusqu’à la levée de l’épidémie) l’apport de mouchoirs usagés dans les composteurs partagés ;
  • laisser les bacs ouverts, enlever les couvercles
  • pour les manipulations, porter des gants propres ou désinfecter les manches des outils etc. après utilisation ;
  • se laver les mains soigneusement (même si vous avez porté des gants) après avoir manipulé les outils, les cadenas, les bioseaux, en faisant attention de ne pas porter les mains à la bouche, yeux, nez…
  • dans la mesure du possible, imprimez (ou écrivez) et affichez ces précautions d’usage à l’entrée du site, sur le composteur…
  • s’il vous faut transvaser de la matière (bac d’apport plein…), faites-le individuellement, petit à petit s’il le faut ;

Attention à l’information diffusée par erreur sur le port de masque : il n’est pas obligatoire d’en porter tant que vous respectez les distances entre vous, éternuez dans votre coude etc. De plus ils sont réservés en priorité au personnel soignant.

3) Pour les sites en lieu public :

suivez les consignes officielles. Actuellement nous ne recommandons pas l’utilisation de ces sites, mais des solutions sont à la réflexion conjointement avec les autorités publiques… Nous vous tiendrons informé dès quelles seront trouvées.

Dans tous les cas, pour composter, assurez-vous d’avoir du brun : quand il n’y en a plus, il faut arrêter tous les apports.

Tenez-vous informés de l’évolution de la situation et bon courage pour ces prochaines semaines !